Petite histoire

Historique du jeu de l'oie systémique

Il était une fois… venus du Nord, de l’Ouest et même du Périgord noir, une troupe de thérapeutes familiaux qui se réunissaient périodiquement pour leur rituel nommé "supervision".
Là ils amenaient tous les désordres qu’ils avaient eu à affronter dans leurs rencontres avec les familles.
Un jour, lors d'une nouvelle tentative pour mettre un peu d’ordre dans l'un de ces chaos, leur vint l’idée de ressortir des greniers de l’enfance le vieux plateau du jeu de l’oie.
Il serait un peu long d’entrer dans tous les détails et détours de leurs cheminements.

Lors de l'une de leur réunion rituelle, le superviseur trouva l'idée intéressante et proposa de la mettre  dans une grande marmite, conseilla d'y ajouter quelques ingrédients en savant dosage et de laisser bouillir un certain temps, tout en traçant autour de la marmite une chaîne semi-ouverte d'amitié et d'interactions chaleureuses.

Il en ressortit au bout de quelques lunes, un plateau simplifié et quelque peu différent de l'original.
Il en ressortit, au bout de quelques lunes, l'idée infiniment plus complexe, que le parcours de l'oie pouvait servir non seulement à mettre de l'ordre dans le chaos, mais aussi  à mettre du chaos dans l'ordre.
Il en ressortit, au bout de quelques lunes, de nouvelles règles du jeu destinées à inscrire une marge dans la page de la rencontre système consultant/intervenant, une balise flottante invisible destinée à gérer l'espace de cette marge.
Bref, au bout de quelques lunes, il ressortit un jeu de l'oie (Loi) renouvelé de la systémique.

Disons que le chaman entreprit d'associer le groupe à une transmutation systémique de l'objet.

Bref, au bout de quelques lunes la métamorphose systémique s'était accomplie.

 

Pour en savoir plus :

Le jeu de l'oie (LOI) systémique est né d'une rencontre, dans les années 90. D'une rencontre au cours de laquelle, face à une situation particulièrement chaotique, les participants ont laissé s'exprimer leur créativité.

Catherine CLAUZET, Jacques EDOUARD, Pierre GURTLER, Monique LAVAURE, Christine LEON, Bernard MARCHE (qui l'a dessiné), Pascale LIPIRA, Nicole SENGIER-TACQUET réunis autour de leur superviseur Yveline REY ont eu l'idée de ressortir le vieux plateau du jeu de l'oie de leur enfance. Pourquoi le jeu de l'oie ? Peut-être en référence à ces cases "prison", "puits" dans lesquelles ils semblaient se trouver , peut-être parce qu'il s'agissait d'un parcours, peut-être aussi parce que c'était une oie et qu'ils venaient du Périgord !!!!

Quelle que soit la géniale étincelle qui fit sortir ce jeu, quelque chose s'était remis en mouvement et de nouveau les idées jaillirent.
Ils en arrivèrent après bien des tours et des détours au jeu de l'oie (LOI) systémique tel que nous le connaissons aujourd'hui. En effet, si la spirale était toujours là, des 63 cases, ils n'en gardèrent que 10, plus une case départ et une case arrivée. Ils remplacèrent les dés par le récit des événements de l'histoire du système consultant qui permettait de parcourir les différentes cases du plateau et y ajoutèrent une série de cartes porteuses de symboles. Philippe CAILLE alors superviseur de l'équipe du CERAS, proposa d'en ajouter deux supplémentaires : le labyrinthe et la mort.

Après l'avoir conçu, réalisé, commercialisé, promu, et porté pendant une vingtaine d'années l'équipe a décidé de passer le relais.
C'est aujourd'hui le CERAS de Grenoble qui a adopté cet outil thérapeutique pour continuer à le faire connaître à travers des formations spécifiques et à le diffuser partout en Europe ......